Nov 18

[Série] Les parures d’Automne – Collection 2015

Octobre 2015. L’Automne vient de saupoudrer ses flamboyantes couleurs sur les paysages environnants. Je vous propose à travers cette série une balade parmi les teintes éclatantes dont est capable la nature dans un dernier soubresaut avant la grisaille monochrome de l’hiver.
.
J’alimenterai ce fil au fur et à mesure de mes découvertes colorées… Very Happy
.
L’ensemble de la série est visible en grand dans la Galerie en cliquant ici.
.
OMD EM5 + Zuiko 12-40 f2.8 + Polarisant
.

1/

.

2/

.

3/

.

4/

.

/5

.

6/

.

7/

.

8/

.

9/

.

Continuons sur notre lancée, avec des vues un peu plus éloignées, réalisées au Jardin Massey, à Tarbes. Very Happy
.

10/

.

11/

.

12/

.

13/

.

14/

.

15/

.

/16

.

17/

.

18/

.

19/

.

20/

.

21/

.

22/

.

23/

.

24/

.

25/

.

26/

.

27/

.

28/

.

29/

.

30/

.

31/

.

32/

.

33/

.

34/

.

36/

.

37/

.

38/
Je sors un peu du thème « feuillages » pour une vue sur les vignes dorées du Madiranais :

.

39/
Les Pyrénées et le Pic du Midi, sous les « parures d’automne » et dans la lumière du soir vous saluent ! Wink

.

A suivre peut-être… Selon le stock Wink

.

.

Nov 15

Des nuages. Juste des nuages…

Bonsoir,

Il y a deux jours, la France vient de connaitre les terribles évènements dont nous avons tous entendu parler. Nous vivons des heures sombres, le climat est lourd, nous sommes sous le choc. Tout le monde se pose des questions, s’inquiète, s’interroge. Des familles pleurent leurs disparus.
.
Alors pour apporter un peu de légèreté et de zénitude dans ce monde de fous, je vous propose… Des nuages.
Des nuages ? Oui, juste des nuages. Mais pas n’importe quel nuages, des nuages roses, rouges, orangé, des nuages aux couleurs chaudes de coucher de soleil. Puissent ces images colorées nous changer un peu les idées…
.
La série à l’OMD EM5 + Leica 25 mm et Lumix 45-200.

.
1/

.

2/

.

3/

.

4/

.

5/

.

6/

.

7/

.

8/

.

9/

.

10/

.

11/

.

12/

.

L’ensemble de la série est visible en grand dans la Galerie en cliquant ici.

.

.

Nov 02

Le Salin de l’île Saint Martin (Gruissan)

Je vous amène aujourd’hui dans un endroit parfait pour qui veut faire de l’image graphique et bronzer en même temps Wink.
.

Situé tout près du vieux village de Gruissan, adossé au massif de la Clape, le salin de l’ile Saint Martin est bordé par la méditerranée à l’est et l’étang de l’Ayrolle au sud.
.

1/ Panoramique à la lumière du soir : cliquez sur l’image pour la voir en grand.

.

2/

Depuis plus de 100 ans avant Jésus-Christ, Gruissan faisait déjà parler de ses productions salines et le commerce du sel était très important pendant l’époque romaine. Sur ce site l’exploitation des salins sous sa forme actuelle à débuté en 1911. D’une surface d’environ 350 hectares, il faisait vivre dans les années 1970 une trentaine de familles.

.

3/

Le sel du salin de l’île Saint Martin est produit selon la technique des «  marais salants » utilisée depuis l’Antiquité. Ce sont les « sauniers » qui sont en charge de cette production.

.

4/

.

5/

Le salin produit du sel en cristaux ou « gros sel », nature ou associé à des épices ou à des aromates naturels. L’endroit comporte également un musée racontant l’histoire de la culture du sel avec des outils d’époque, une boutique ainsi qu’un restaurant.

.

5Bis/

Fabriquer du sel… Comment ça marche ?

Par un système de vannes et d’écluses, on fait entrer de l’eau de mer dans le salin au printemps.
Durant l’été les sauniers font doucement circuler l’eau de bassin en bassin peu profonds. Elle perd lors de ces opérations progressivement 90 % environ de son eau douce.

.

6/

Il reste ainsi une saumure saturée, eau très salée. Les sauniers orientent alors cette saumure vers les cristallisoirs ou « tables salantes » (bassins rectangulaires peu profonds). Sous l’effet du vent et du soleil, l’évaporation est continue et le sel, jusqu’alors en solution, va cristalliser.

.

7/

Ainsi, après plusieurs mois, une couche de sel d’une dizaine de centimètres d’épaisseur s’est formée au fond des tables salantes. La récolte s’effectue une fois par an en septembre.

.

7bis/

.

8/Notre guide près d’une pyramide de sel

L’été, au petit matin, lorsque le vent « Cers » cesse de souffler, une fine pellicule de sel se forme à la surface des tables salantes. Un sel si léger qu’il hésite à couler : c’est la « fleur de sel ».

.

9/

En Méditerranée, le soleil accélère l’évaporation ; ainsi la saison de production est plus longue et surtout la sécheresse de l’été donne la possibilité d’effectuer une récolte de sel sec, naturellement blanc, alors qu’en Bretagne, la récolte se fait de juin à septembre, donnant un sel gris et humide.

.

10/

.

11/

Pourquoi cette teinte rose/rouge…?
.

12/

Beaucoup de monde se pose cette question, l »eau de mer, c’est plutôt bleu, voire transparent, le sel est blanc, pourquoi les salins ont-ils cette dominante rose ? L’explication tient simplement en la prolifération d’une algue microscopique dans les bassins. C’est son importante présence qui teinte l’eau ainsi. Rien à voir donc avec une légende urbaine qui dit que la couleur est dûe à la présence de crevettes… 😉
.

12bis/

.

13/

.

14/ L’avenue de Sauniers

.

15/

.

15bis/

.

16/Au loin, des flamands roses surveillent le salin Wink

.

17/ Si l’on se retourne, c’est Gruissan et la Tour Barberousse qui nous surveillent Wink

.

18/

.

19/

.

20/

.

20bis/ Au loin, un cargo… Pour l’exportation du sel ? Wink

.

21/Barque traditionnelle exposée à l’entrée du salin.

.

L’ensemble de la série est faite à L’OMD EM5 + Zuiko 12-40 f2.8 – Gruissan, 26/08/2015.

.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des photos en grand dans la Galerie dédiée.

.

Voilà, je vous conseille la visite de l’endroit (visite guidée 1h) si vous passez par là, en plus le personnel est très sympa et accueillant. Par contre lunettes de soleil obligatoires et casquette fortement recommandée car le soleil y cogne dur ! Le site : http://www.lesalindegruissan.fr/fr/

.

.