Avr 08

Les 6 Heures de Tarbes 2013 – Solex Inside !

Bonjour à tous,
Ils sont de retour mais je sais que vous les attendez avec impatience chaque année

Avril est le mois de mon « grand reportage » pendant lequel je peux lier deux de mes passions : la photo et le solex !

Ceux qui me suivent connaissent ma passion pour ce mythique deux-roues dont j’ai la chance de posséder un exemplaire datant des années 70 et qui me balade dans la campagne dès que les beaux jours reviennent, lorsque je ne vais pas en bourse d’échange rechercher des accessoires d’époque pour l’améliorer un petit peu plus chaque année. Voire éventuellement en acheter un second si je tombe sur un modèle rare !


Mon S3800 prends la pose sous l’œil du 20mm f1.7

Cela fait donc des années que je ne rate jamais la mythique course de Solex des 6 heures de Tarbes et quatre ans que je vous « régale » (mais si, mais si ) ici d’un grand reportage sur le sujet Wink

Petit rappel pour ceux qui connaissent et découverte pour ceux qui ne connaissent pas, voici mes reportages sur les éditions précédentes :

Les 6h de Tarbes 2010 (et un peu de 2009) => http://www.distancesfocales.com/galerie/index.php?/category/3
Les 6h de Tarbes 2011  => http://www.distancesfocales.com/galerie/index.php?/category/28
Les 6h de Tarbes 2012 (Avec film) => http://www.distancesfocales.com/galerie/index.php?/category/42

Tradition respectée, tradition perpétuée, je vous propose donc de retrouver pour la quatrième année consécutive les Solex délirants des 6 heures de Tarbes, 35ème édition pour cette mythique course d’endurance bigourdane d’engins à galet, organisée comme toujours par l’ENIT et qui s’est déroulée le dimanche 31 mars dernier au quartier du Centre Kennedy à Tarbes.

Les règles sont fort simples : Tout repose sur l’endurance. Il faut faire le maximum de tours du circuit en 6 heures. Les solex sont du type 5000, 3800, 3300, 2200, 1700, avec bien sûr moteur à l’avant et entraînement par galet. La cylindrée maximum est de 50cc.
Sur le circuit courent côte à côte 3 catégories :
– Origine : ce sont des solex d’origine avec possibilité de changer l’allumage et de mettre un gicleur réglable. L’aspect du solex doit être celui d’un solex d’origine.
– Proto : dans cette catégorie, on peut tout changer hormis la poutre principale, la colonne de direction et le Té de fourche. Le cylindre est d’origine mais peut être modifié et le carburateur est de diamètre 19 maximum. Enfin, les pédales sont interdites.
– Super Proto : un super proto a les mêmes caractéristiques que le proto, mise à part que le cylindre est libre et le carburateur de diamètre illimité.

Même la météo a respecté la tradition, puisque après l’exceptionnel ciel bleu et la chaleur de l’édition 2012, c’est sous un plus habituel ciel gris, bien plombé et humide, qu’a été donné le départ de cette édition 2013. J’ai connu des départs pires que celui-là, carrément sous la flotte, mais en tout cas le plus souvent c’est gris en cette période Wink. Heureusement les conditions de course se sont améliorées dans le courant de la journée et le soleil a réchauffé les coureurs dans l’après-midi.

Encore une innovation pour l’édition 2013 histoire de ne pas vous lasser et revoir des images qui se ressemblent un peu, j’ai décidé cette année de privilégier la vidéo au détriment de la photo. Je me suis donc retrouvé au final avec moins d’une dizaine de photos, mais avec un gros paquet de rush à trier, découper et assembler pour vous donner un aperçu de l’ambiance de la course.

Il en ressort un petit film qui vous permettra d’être dans les stands et au bord de la piste durant quelques minutes et vous donnera une idée de l’épreuve, avec le son des moteurs mais aussi un petit peu de musique pour accompagner tout cela. Il ne vous manquera que la délicieuse odeur d’huile deux-temps.

Côté technique, j’ai filmé avec le GH2 + le 14-140mm, en HBR 1080p25 et le film mode « cinéma ». J’étais en priorité vitesse, calé à 1/50ème et Iso Auto. Sur l’objo, j’ai monté un filtre ND variable afin de diminuer la lumière pour pouvoir rester en permanence à 1/50ème, vitesse d’obturation recommandée pour les tournages en 24 ou 25p. Le son d’ambiance a été capté avec les micros internes du GH2.
Le tout a été monté sous Sony Vegas.

Bon assez parlé, il est temps de visionner ! Let’s go :

Visible en HD ici : http://vimeo.com/63552477

 ooOOoo

Déc 18

De la qualité des microphones du GH2

Ou encore : ce que les micros du GH2 savent encaisser ! Ou plus techniquement, leur résistance à la pression acoustique…

Quand on parle du GH2 et de ses extraordinaires possibilités vidéo, on parle toujours de la qualité de l’image mais quasiment jamais de ce qui fait quand même 50% d’un film : le son !

Et le son est souvent le parent pauvre des apn vidéo, parfois en stéréo, parfois en mono, très compressé et d’une qualité téléphonique, j’ai toujours été déçu de la qualité sonore de mes précédents apn. Les constructeurs faisaient des efforts sur l’image, et mettaient des systèmes d’enregistrement au rabais. Quel dommage !

Avec le GH2, la donne a changé. Pana a mis des micros d’excellente qualité, cachés sous la grille du capot du flash. Le rendu stéréo est très bon, et la qualité est très appréciable.
Le son enregistré dans les fichiers AVCHD est compressé en 192 kb/seconde. C’est regrettable et il aurait mieux valu du PCM non compressé, mais le résultat est déjà très bien.

Le hack du GH2 permet de dépasser cette limite (compression en 320 kbps par exemple) mais les vidéos ne sont alors plus lisibles sur l’appareil : très contraignant pour vérifier si ce l’on vient de filmer est correct ! Travailler ainsi à l’aveugle est très risqué, et je vous conseille donc de ne pas modifier le débit du son et laisser ces fameux 192 kbps qui sont déjà capables, vous allez le constater, d’un excellent rendu pour peu que l’on veuille bien les retravailler un petit peu.

Petite vidéo donc de démonstration pour ceux qui se demanderaient de quoi les micros intégrés du GH2 sont capables…
Et bien je peux vous dire qu’ils font du très bon boulot ! Le petit film ci-dessous a été tourné lors d’un concert pendant un festival blues-rock près de chez moi en août 2012. Il s’agit d’un morceau du groupe RDV.
Nous étions à une bonne dizaine de mètres de la scène, en plein air. Comme dans tout concert rock digne de ce nom, le son était très fort, les assauts de la batterie faisaient trembler le sol, la basse roulante comme le tonnerre donnait des coups de boutoir dans la poitrine, le son strident des guitares taillait l’air comme une lame. Je me demandait comment la prise de son du GH2 allait se sortir de ce boucan explosif.
Excellente surprise lors du visionnage des vidéos quelques jours plus tard, le son était très bon !
Malgré le volume ambiant infernal le jour de l’enregistrement, pas de saturation et un son clair et aucunement étouffé. Et c’est là toute la force des micros du GH2 : Non seulement ils sont sensibles et vont chercher le moindre détail de l’environnement sonore mais en plus ne saturent pas et encaissent des volumes très élevés.

J’ai pu encore améliorer les choses en travaillant la piste avec Adobe Audition. Avec l’équalizer j’ai augmenté les fréquences de la voix qui était un peu plate, et j’ai également relevé les basses afin qu’elles soient plus percutantes, comme je les avais ressenties le jour du concert. Enfin un tout petit peu de compression pour donner un bon gros volume à tout cela. Export en fichier wav non compressé et réinjection dans la vidéo d’origine vie Sony Vegas. It’s done ! Je fais ainsi pour la plupart de mes vidéos. Le GH2 devient un enregistreur des plus performant !

Je ne suis certes pas ingénieur du son, mais franchement je trouve le résultat vraiment sympa dans de telles conditions d’enregistrement, en tout cas très satisfaisant à mon oreille.

Côté image, j’ai enregistré avec le 14-140mm en mode HBR 1080p25. J’ai travaillé la colorimétrie sous Vegas.

Je vous invite à le visionner ci-dessous, et n’oubliez pas de mettre le son et de pousser le volume… Et tant pis pour les voisins 😉

 

RDV Live au festival Sud Rock Star, Labatut-Rivière (65) le vendredi 17 août 2012 from Distances focaleS Photographie on Vimeo.

 

Mai 05

Les 6 Heures de Tarbes 2012 – Course d’endurance de Solex

Retrouvez dans ce petit film les Solex délirants des 6 heures de Tarbes, 34ème édition pour cette célèbre course d’endurance bigourdane d’engins à galet, organisée cette année par la 48ème promotion de l’ENIT.

C’est sous un exceptionnel ciel bleu accompagné d’un soleil de plomb que s’est déroulée l’épreuve le dimanche 25 mars 2012, toujours en circuit urbain fermé, dans le quartier du centre Kennedy à Tarbes.

Petit rappel des règles, fort simples : Il s’agit d’une course d’endurance. Il faut faire le maximum de tours du circuit en 6 heures. Les solex sont du type 5000, 3800, 3300, 2200, 1700, avec bien sûr moteur à l’avant et entraînement par galet. La cylindrée maximum est de 50cc.
Sur le circuit courent côte à côte 3 catégories :
– Origine : ce sont des solex d’origine avec possibilité de changer l’allumage et de mettre un gicleur réglable. L’aspect du solex doit être celui d’un solex d’origine.
– Proto : dans cette catégorie, on peut tout changer hormis la poutre principale, la colonne de direction et le Té de fourche. Le cylindre est d’origine mais peut être modifié et le carburateur est de diamètre 19 maximum. Enfin, les pédales sont interdites.
– Super Proto : un super proto a les mêmes caractéristiques que le proto, mise à part que le cylindre est libre et le caburateur de diamètre illimité.

Bon film ! Le casque n’est pas obligatoire pour visionner, mais monter le son oui 😉

Les 6 Heures de Tarbes 2012 – Course d’endurance de Solex from Distances focaleS Photographie on Vimeo.